4 raisons d’Aimer le Festival de Saint Céré !

  • Le diner au pied du château de Castelnau

  • Le gradins avant le spectacle

  • La belle de Cadix

  • Un train pour Johannesburg

  • Un train pour Johannesburg

Présentation du festival 2013

Article proposé par :

Fabrizio,
Chanteur

Fabrizio
Good tipsPeople besides

J’étais venu chanter dans ce jeune festival alors très peu connu, au début de ma carrière, il y a déjà plus de 20 ans. J’y reviens cette année en spectateur...

J’y reviens cette année en spectateur en constatant avec bonheur que cette fête de l’art lyrique n’a rien perdu de sa fraicheur et de son audace.

Unique, voilà le premier qualificatif qui me vient à l’esprit. Et si ce festival est devenu un énorme événement national, si l’organisation s’est professionnalisée, si sa notoriété déclenche une affluence du public que beaucoup envie, l’âme du festival est restée la même. Et il fait bon y revenir pour au moins 4 raisons.

Le charme des dîners sur les remparts

Avant le spectacle. Chanteur, je n’y participais pas. Je regardais le public heureux de vivre ce moment unique, depuis le haut du château. Aujourd’hui, devant mon assiette de foie gras et d’autres spécialités gourmandes du Quercy, je profite de ce moment de quiétude et d’apaisement, en admirant cette vallée de la Dordogne qui s’endort, après une journée de chaleur écrasante. Quelques souvenirs d’enfance et de douces soirées dans ma chère Toscane réapparaissent. La Toscane devant une tartine de cabécou… ma mémoire fait de curieux rapprochements.

La cour du château, les gradins, la scène

Mon cœur s’affole comme si le trac de mes 25 ans refaisait surface. La lumière naturelle se noie dans celle des projecteurs. Musiciens et chanteurs, costumes et décors apprivoisent la nature et le patrimoine.

Les spectacles lyriques laissent beaucoup de place aux jeunes artistes.

Le choix des œuvres est audacieux et souvent surprenant. Le chef de ce chantier de la création et de la découverte, Olivier Desbordes, veut toujours surprendre son public, le bousculer parfois. Et ce public ne vient pas voir le festival, il en fait partie. C’est aussi cela la magie du festivla de Saint Céré. Et cette année encore le programme est jubilatoire avec la jeunesse insolente et séductrice de Don Juan, le cri anti ségrégationniste de Lost in the Stars et le rire décalé et parfois moqueur de la Belle de Cadix. J’en frissonne d’impatience…

Le voyage du festival en région

Il offre notes, voix, pupitres et lumières aux villes et villages qui l’accueillent. Une jolie manière de découvrir quelques perles du patrimoine de la région, et de rencontrer un public, parfois éloigné. Une volonté très affirmée de ne laisser personne à coté de ce train créatif et bouillonnant. Jugez vous même : « Les sept dernières paroles du Christ », Les Quintettes pour piano et vents de Mozart et Beethoven, Un Hommage original à Piaf, Resistencia, Les Airs de Liberté, Le Chant de la Terre, Le Stabat Mater de Boccherini et les Quatre Saisons de Vivaldi et les magnifiques Sonates de Beethoven enchanteront jardins, cathédrales, églises et abbatiales.

Grands sites Midi-Pyrénées
Meine Ferien